D’ATHÈNES À SAINT-CLOUD, L’HISTOIRE D’UNE LANTERNE

Lors d’une balade dans le parc, si vous vous tenez sur la terrasse du château et regardez vers le sud, vous apercevrez une allée tracée en rebord de plateau, grimpant jusqu’au Rond-point de la Balustrade qui offre une vue dégagée sur toute la capitale… Ce que l’on ignore souvent, c’est que de 1803 à 1870, s’y élevait une imposante tour carrée sur laquelle était montée une réplique en terre cuite d’un édifice réalisé au IVe siècle avant J.-C. au pied de l’Acropole, la « Lanterne de Démosthène ». C’est lors d’un séjour en Grèce que le comte de Choiseul-Gouffier fit copier la jolie lanterne, monument chorégique, élevé par La lanterne de DémostèneLysicrate de Cycine à Athènes. Les plâtres furent apportés à Paris, et une copie en terre cuite, parfaitement exécutée par les frères Trabucci, fut jugée digne de figurer à l’Exposition des produits de l’industrie française (ancêtre des expositions universelles) de 1802 et obtint même une médaille d’argent. Sous le charme, Joséphine convainc alors Napoléon Ier de faire installer cette reproduction à Saint-Cloud. En un temps record, l’architecte du château, Pierre Fontaine, construit donc sur le point culminant du parc, à 92 mètres de hauteur, une grande tour carrée en forme d’obélisque se rétrécissant vers le tiers de sa hauteur et supportant une rotonde à colonnades : ainsi vit le jour celle qu’on surnommait la « Lanterne de Démosthène ».

La destruction d’un chef-d’œuvre

Sept décennies durant, le monument inspira les peintres et les lithographes, et devint un lieu de promenade dominicale privilégié. Mais, quelques heures avant l’incendie du château pendant la guerre franco-prussienne, elle fut détruite. Le Général de Kirchbach, qui commandait le 5e corps d’armée prussien, explique cette destruction dans le Tome III de L’Art français pendant la guerre de 1870-1871 et la Commune : « Le Mont-Valérien tirait dans la direction de la Lanterne. […] Pour faire disparaître la cause du feu violent dans ces environs, le commandant du corps d’armée donna l’ordre d’abattre la Lanterne, ce qui fut exécuté dans la nuit du 12 au 13 octobre (1870), vers trois heures et demie. Quatre quintaux de poudre soigneusement damés furent déposés dans la pièce du rez-de-chaussée ; ils furent allumés et désagrégèrent les murs de ce monument… colossal ! La tour tomba sur elle-même. Le fort vent qui régnait toute la nuit empêcha la détonation d’être entendue au loin, les grand-gardes placées au mur nord du Parc de Saint-Cloud n’entendirent rien ; l’ennemi ne remarqua rien non plus. »

Aujourd’hui, seules quelques pierres disposées en carré témoignent encore de l’existence de la tour dans le Domaine national de Saint-Cloud.

Bouton pour accéder à l'espace famille

 

Devenez fan !
Et suivez l'actualité de Saint-Cloud !

Facebook

Twitter

logo instagram