Développement durable

Développement durable
Service municipal
13 place Charles-de-Gaulle
Tél. : 01 47 71 53 76 Courriel

 

Planète

« Le développement durable est un développement qui répond aux besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs » rapports Bruntland, 1987

Le développement durable suppose d'agir sur trois axes en même temps : mieux respecter l'environnement, accroître les solidarités et favoriser un autre développement économique.
On les appelle les 3 piliers du développement durable.

Pour être efficace, un programme de développement durable doit aborder les problèmes dans leur complexité (en transversalité) et y associer tous les acteurs concernés à commencer par les citoyens (la participation)

Le développement durable repose sur un principe fondamental, agir au plus près du terrain. Concrètement, cela suppose de mettre en place, dans chaque territoire, un programme de développement durable global, élaboré avec les citoyens au niveau local.

 

PigeonnierZéro phytosanitaireRobinet qui gouteverres DD

[ DD ] À l’heure du zéro phyto

Depuis quelques années déjà, la Ville a fait le choix de ne plus recourir systématiquement aux produits phytosanitaires* (aussi appelés pesticides) et de les bannir peu à peu de l’entretien de ses espaces verts, notamment dans les crèches et les écoles. Restait encore la voirie où sont parfois encore utilisés ces produits pour lutter contre les mousses, herbes folles et pousses récalcitrantes.

La loi de transition énergétique de juillet 2015 prévoyant la mise en place de l’objectif zéro pesticide dans l’ensemble des espaces publics à compter du 1er janvier 2017, la Ville teste cette année l’entretien des trottoirs et des espaces verts en « zéro phyto » dans dix zones du territoire communal : boulevard de la République, place de l’Église, jardin de l’Avre, promenade de l’hippodrome, avenue Alfred-Belmontet, rue de la Porte jaune, place Silly, promenade de la rue du Mont-Valérien…

 

> Comment on s’adapte ?

Le zéro phyto implique pour les habitants de revoir leur notion de la propreté publique en acceptant que pousse de temps à autre de la végétation spontanée en ville. « La présence d’herbe en bord de trottoir ou dans l’allée d’un parc n’est pas signe d’un mauvais entretien, explique Dominique Lebrun. C’est la preuve d’une gestion différente de nos espaces avec de nouvelles méthodes de désherbage auxquelles nous allons devoir nous accoutumer. »

Concrètement, le paillage (qui limite fortement le développement des herbes et l’évaporation de l’eau), le désherbage mécanique (avec une débroussailleuse) ou manuel remplacent les produits phytosanitaires. Ces solutions alternatives, plus douces, représentent un coût plus élevé pour la Ville et nécessitent plus de passages des services municipaux.

Mais les enjeux sont importants pour préserver la biodiversité et la santé publique. Car, outre le fait que seuls 10% des pesticides atteignent véritablement leur cible et que le reste est disséminé dans l’environnement, ils polluent l’eau (notamment la nappe phréatique), l’air et les sols (réduisant leur fertilité).

Le zéro phyto est en marche

Depuis le 1er janvier dernier et la mise en place de l’objectif « zéro pesticide » dans l’ensemble des espaces publics, les produits phytosanitaires* (appelés aussi pesticides) sont peu à peu bannis de l’entretien de la voirie.

En effet, l’utilisation de ces derniers fragilise notre écosystème en diminuant la qualité de l’air, en contaminant la nappe phréatique, notre source d’eau potable, et en réduisant la fertilité des sols, soit ce qui atteint la faune, la flore et la biodiversité en général.

C’est pourquoi la Ville teste l’entretien des trottoirs et des espaces en « zéro phyto » sur neuf zones du territoire communal. Le paillage, qui permet d’absorber l’eau et de maintenir l’humidité du sol, et le désherbage mécanique (avec une débroussailleuse) ou manuel sont désormais les nouvelles techniques utilisées. Plus douces, ces solutions alternatives représentent un coût plus élevé pour la Ville et nécessitent plus de passages pour les services municipaux.

Mais les enjeux sont importants pour préserver la biodiversité et la santé publique ! Ces zones tests doivent servir à évaluer les différentes techniques alternatives existantes, tant en termes d’efficience que d’impact budgétaire. Concrètement, les riverains doivent s’attendre à une image modifiée de ces zones d’essai, puisque la végétation spontanée y poussera. Elles ne seront étendues à toute la ville qu’une fois éprouvées.

Quelles sont les zones communales concernées ?
• Le parvis de la mairie et de l’église Saint-Clodoald,
• Le jardin de l’Avre,
• Le jardin des Tourneroches,
• La promenade de l’hippodrome,
• L’avenue Alfred-Belmontet,
• La rue de la Porte jaune,
• Le boulevard de la République,
• Le square Kelly,
• La promenade de la rue du Mont-Valérien. Des panneaux d’information « Zéro pesticide » y seront bientôt implantés.

 

Bandeau 0 phyto

Bouton pour accéder à l'espace famille

L'ADEME VOUS RENSEIGNER

Vous etes une entreprise ? un particulier ? L'ADEME Ile de France vous renseigne http://ile-de-france.ademe.fr/

Devenez consommateur témoin de la qualité de l'eau du robinet des Hauts-de-Seine

Vous habitez Saint-Cloud, l'Agence Régionale de Santé vous invite à devenir « consommateur témoin » de la qualité de l’eau du robinet.

 lire la suite

 

Devenez fan !
Et suivez l'actualité de Saint-Cloud !

Facebook

Twitter

logo instagram