Aller au contenu principal

Alexis Rey-Millet, de l’ecla à rock en seine

Ils font Saint Cloud 01/10/2019

Le Clodoaldien Alexis Rey-Millet a chanté sur la scène Île-de-France du festival en août dernier, après avoir remporté avec son acolyte Yanis Salomon le Tremplin Lycéens 92 organisé par l’ECLA. Rencontre avec le jeune rappeur de 17 ans, bien dans son époque.

Tout juste diplômé de son Bac ES (obtenu avec mention Bien), Alexis Rey-Millet a déjà connu l’expérience de la scène sur l’un des plus importants festivals français de musique : Rock en Seine. Sous son nom de scène « Mo le J » (inspiré d’un personnage des Super Nanas, dessin animé des années 2000), il a conquis des centaines de spectateurs avec Nomølas, pseudo de son ami boulonnais Yanis Salomon. C’est Antoine Théveny, de l’association clodoaldienne de production, distribution et promotion artistique NTFG (pour New Tape Factory Group), et qui possède dans sa chambre un petit studio d’enregistrement utilisé par Alexis, qui a mis les deux jeunes garçons en contact : « Nous nous connaissions déjà un peu mais c’est la première fois que nous travaillions ensemble, précise Alexis. Je l’admirais car il avait déjà beaucoup d’expérience ! »

De la Maîtrise des Hauts-de-Seine…

Musicien, chanteur et sportif, Alexis a testé des dizaines d’activités dans son enfance : « J’ai pris des cours de batterie, guitare, danse africaine, boxe, karaté, foot… pendant plusieurs années. Mais j’ai aussi fait partie du choeur de la Maîtrise des Hauts-de-Seine et participé à des productions à l’Opéra de Paris. Mes parents souhaitaient que je fasse partie de la Maîtrise, j’étais moi aussi d’accord même si je savais au fond que je ne ferais pas carrière dans le classique… J’ai arrêté il y a maintenant deux ans, mais tout ce que j’y ai appris m’est encore très utile dans le rap. »

… au rap !

C’est au collège que le jeune garçon commence à écouter du rap, et à rapper dans la cour de récréation avec ses amis. Au début de ses années lycées, il se met à écrire des petits textes personnels.

« Quand je disais à mes parents que j’écrivais, ils s’imaginaient que c’étaient des poèmes ! Ce que j’aime dans le rap, c’est que l’on reste authentique, il n’y a pas de tabous dans les paroles. Si on peut parfois être vulgaire, on respecte toujours nos valeurs. Je rappe comme je parle ! »

Même s’il appréhendait un peu de présenter sa musique à ses parents, cela se passe bien, et ces derniers sont plutôt fiers. Son premier morceau, Palass, est sorti il y a moins d’un an, et compte 3 000 écoutes en ligne. En mai dernier, sa famille et ses amis sont là pour encourager le duo Nomølas X Mo le J, au Tremplin Lycéens 92, un concours ouvert à tous les lycéens des Hauts-de- Seine et organisé par l’ECLA. Après l’avoir remporté, l’association accompagne ensuite les deux garçons pour les répétitions avant le grand jour à Rock en Seine : « Monter sur scène au festival a vraiment été une expérience unique. Rien que de voir l’envers du décor et porter des badges “artistes”, c’était fou ! Pour ne pas trop stresser avant de monter sur scène, je suis allé voir d’autres concerts. Arrive notre tour : nous avons donné le maximum pour ramener les festivaliers devant notre scène, et ça a marché ! » Même s’il aimerait un jour vivre de sa passion, Alexis se concentre désormais sur ses études : il vient d’intégrer une école londonienne pour faire une licence de médias, communication et sociologie.

Le duo a mis le feu sur la scène Île-de-France !

« Je continuerai à écrire à Londres, et à rapper avec Nomølas quand je rentrerai à Saint-Cloud… régulièrement je pense ! »

 

Toute l'actualité