Commémoration 150e anniversaire de la bataille de Buzenval à Saint-Cloud

Culture 18/01/2021

Jour de mémoire en ce 19 janvier 2021
Le maire, Olivier Berthet, adjoint au maire délégué à l'Urbanisme et aux Anciens combattants, ainsi que des membres du Comité des Anciens Combattants et du Comité local du Souvenir Français vont commémorer ce mardi 19 janvier le 150e anniversaire de la guerre de 1871.

Le 19 janvier 1871, au lendemain de la proclamation de Guillaume 1er en tant qu’empereur d’Allemagne dans la galerie des glaces du château de Versailles, une ultime tentative est lancée par les troupes françaises pour briser le siège de la capitale. Une sortie est effectuée le 19 janvier en direction de Saint-Cloud, Garches et Rueil-Malmaison. Près de 90 000 hommes avec plus de 40 000 gardes nationaux participent au combat où s'illustreront le Commandant de Lareinty et ses Mobiles Bretons. La bataille de Buzenval constitue le dernier effort des défenseurs de Paris et l’armistice est signé le 28 janvier.

Le saviez-vous ?

Né le 19 janvier 1824 à Toulon, Henri Baillardel, baron de Lareinty, grand propriétaire terrien en Martinique et dans la région de Nantes, fils d'un conseiller d'Etat, fait partie de l'opposition légitimiste sous l'Empire. En 1848, il est officier d'ordonnance du général Changarnier, puis est conseiller général de Loire Inférieure en 1861, délégué de la Martinique et conseiller municipal de Nantes.

À la déclaration de guerre en 1870, il est commandant des Mobiles de Loire inférieure.

Avec son bataillon, il participe au siège de Paris.  En janvier 1871, lors de la bataille de Buzenval, il prend d'assaut, avec son bataillon,  des barricades à Saint-Cloud et occupe la terrasse de Montretout. Suite à un retour offensif des prussiens, il doit se barricader avec son bataillon dans la villa Zimmermann à Saint Cloud. Le 20 janvier 1871, il doit se rendre aux prussiens, cerné dans cette maison et laissé seul en pointe après le retrait de l'armée française.

À son retour de captivité, il manque d'être fusillé durant la Commune, alors qu'il négociait avec les insurgés la libération du général Lecomte, prisonnier et bientôt exécuté.

Il est promu officier de la Légion d'Honneur le 8 juin 1871. Après la guerre, il est Lieutenant colonel de territoriale, élu député en 1871, puis sénateur dans les rangs légitimistes en 1876, 1879 et 1888.

Une rue porte donc son nom à Saint-Cloud pour saluer son courage lors de la bataille de Buzenval entre l'avenue du Général Leclerc et la rue Gounod.

Toute l'actualité